Garde à nous

L’information du renouvellement de ma souscription à WordPress tombe. Douloureuse la note pour une maigre utilisation.

Pourquoi l’avais-je ouverte cette page déjà ? Ah oui sortir de la spirale de l’immédiate de twitter, développer un message plus lent, plus apaisé.

De quoi je pourrais parler pendant que le président élabore des plans dans notre dos. De la dégradation des conditions de travail à l’hôpital où les agents qui tombent ne sont pas remplacés, des fermetures de lits, je vais encore me faire taper sur les doigts.

Des files d’attente des patientes anorexiques qui n’en finissent pas d’enfler, pourtant pas de dysmorphophobie chez moi, des durées de travail interminables pour écluser ces mails en attente de traitement qui se remplissent tel un danaïde 2.0 pendant qu’on voit le énième RDV urgent surajouté ?

Non, on va faire dans le positif.

Y’a pas que les chemises colorées dans la vie

Déjà garder un oeil fier sur tout ce qui se passe de bien dans son service, les soins réalisés, les familles et patients remerciant, malgré un délai de renouvellement de RDV standard à 3-4 mois.

Penser aux collègues avec qui on a plaisir de travailler, pour leur dévouement, leur compétence, de se serrer les coudes dans un moment difficile, qui pourrait bien durer jusqu’à la fin de notre carrière. Leur envoyer des mots sympas quand ils sont tombés sur le champ de l’épuisement professionnel.


Préserver les créneaux pour se restaurer, prendre le temps de partager, de réfléchir aux prises en charge, de questionner ses ressentis, ses pratiques, sans culpabiliser de devoir refuser ou annuler les 2 autres réunions qui pointaient au même moment.

Se féliciter de répondre poliment lorsque qu’on se fait agresser pour les délais de réponse de courrier de consultation d’hospitalisation jugés trop longs. Et en plus ils ont raison…


S’octroyer un ou plusieurs créneau d’activité physique dans la semaine car les recommandations passent toujours mieux auprès des patients quand on peut se les appliquer soi-même.


Vous l’aurez compris je suis pessimiste de nature, mais ce travail d’écriture permet d’éclaircir la noirceur, ça Soulages (écrit le jour du décès du maître de l’outre noir). Mais désormais c’est aussi un constat, le système de santé est à bout de souffle, alors chers collègues prenons soin de nous, personne le ne fera à notre place et chers patients prenez garde à nous.

Publié par Bruno Rocher

Psychiatre addictologue au CHU de Nantes

2 commentaires sur « Garde à nous »

  1. On ne peut pas faire plus que ce que l’on peut faire. Alors ce qu’on peut faire, on le fait du mieux qu’on peut. Et on essaie de ne pas trop se laisser perturber, si ce qu’on peut n’est pas toujours à la hauteur de ce qu’on veut. Parce qu’on fait du mieux qu’on peut.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :