La légèreté du block de lest

Dessin @MaitreEtTalons

Quand le débat stagne et reste au raz des pâquerettes, lâcher du lest peut s’avérer utile pour ne pas plomber l’ambiance et prendre de la hauteur.

Il ne s’agit pas de perdre contact avec la nécessaire et parfois pesante réalite. Le débat et la contradiction sont utiles et l’auto exclusion dans les bulles d’avis convergents présente des risques d’ivresse nocifs pour la santé mentale. Ces hautes sphères parfois délirantes fondent les hémisphères et la maladie des fils qui se touchent court-circuite parfois les voix appelant à redescendre sur terre.

Non le débat permet d’ancrer les connaissances à des piliers aussi utiles que divers. Encrer les échanges y compris en format numérique est le gage de découverte, de soutien et de partage. Il n’est pas plus utile d’avoir du talent pour discourir que pour dessiner. Entraînement, envie et bienveillance suffisent à prendre sa place.

Dans certains cas par contre quand les arguments y compris les siens tournent tels un provincial sur la place de l’étoile, quand les tentatives de relance ou d’apaisement n’ont pas abouti, un blocage peut s’avérer salvateur.

Tel un guérisseur africain il permet de d’alléger les souffrances, de faire revenir le goût de l’échange, de chasser le mauvais esprit, et faire revenir lettres aimées et ébats d’idées.

Celui-ci n’a pas pour vocation d’être définitif, c’est au moins ce que ma part optimiste tente de faire comprendre aux deux tiers restant.

Notre époque accélérée jusqu’à l’extrême, à risque d’extrêmes, manque de recul, de temps de pause, de recettes de reset et d’apaisement. Chaque hachetag, présente rapidement des pour et des contre, clivés jusqu’à la moelle, infiltrés des tensions de la veille. Plutôt que d’aider à balancer, à concilier des positions, chaque argument viens creuser la désunion, tenter d’embellir des façades de narcissisme exposées à la foule avide.

Probablement que les TIC possèdent en leur sein, tel un pharmakon des temps ultra-modernes, les deux faces d’un usage aussi aidant et prometteur que destructeur et malsain. Notre capacité à les dompter, à nous éduquer à leurs infinies possibilités définira le côté de la balance vers lequel le masque de la pièce tombera.

Peut-être qu’avant qu’une crise majeure n’éclate, sans garantie d’une reconstruction plus égalitaire et apaisée, ou qu’elle ne devienne irréversible selon notre perception de l’actualité, peut être que sans attendre les évolutions politiques amenant une possible société plus juste, pouvons nous être attentifs à la manière dont on s’adresse les uns aux autres. L’absence de politesse, les invectives, la moquerie, le discrédit ne sont pas de nature à nous élever ou nous apaiser.

Se rallier d’un ballon pour aller plus haut ensemble 🎈.

En attendant, la solution la plus sûre reste probablement la publication de photos de chats mignons… parfaits symboles de la légèreté, de la bienveillance et de la liberté du vivre ensemble.

Publié par Bruno Rocher

Psychiatre addictologue au CHU de Nantes

Un avis sur “La légèreté du block de lest

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :